Prisonnière d’une timidité maladive, et coincée dans un environnement puritain : Père notaire, élevé dans la rigueur et mère institutrice, en tant que seule fille de la portée de 4 enfants, je ne devais jamais faire honte à la famille, de n’importe quelle manière que ce soit. Surtout pas en vendant mon corps au diable comme me sermonnait si bien mon père, au moment où j’ai atteint ma puberté. Tardivement, c’est-à-dire à l’université, j’ai eu mon premier flirt, car j’appréhendais ce moment de contact sexuel avec angoisse, tellement bassinée par les sermons de mon père au sujet du péché du corps, de brûler en enfer en cas de rapport sexuel avant le mariage.

Cependant, de temps à autre, il m’arrivait de tomber sur les conversations de mes parents parlant des rencontres adultères de leurs amis. Je déduisais très vite que la rencontre extra conjugale était un truc que mes parents détestaient. Ils trouvaient que la rencontre extra conjugale était un pécher, un pécher très grave d’ailleurs. Bien que très jeune à cette époque, je me demandais en mon fort intérieur, ce qui poussait les femmes mariées dans les bras d’autres hommes ? Comment des femmes au foyer pouvaient avoir l’audace de batifoler avec un autre partenaire que leur conjoint? Car je croyais à la sacralité du mariage, aux vœux d’amour du meilleur et du pire. J’ai grandi dans tout ça, dans cet univers très strict ou le seul moyen de s’évader un peu, c’était le magazine et le net. Bien sûr, le net est venu accentuer cette passion pour cet univers virtuel

J’ai longtemps attendu avant d’avoir mon premier mec, je voulais être sûre de bien choisir mon partenaire pour éviter de tomber dans le piège de la rencontre extra conjugale. Être sûr de trouver la personne idéale que pourrais aimer toute ma vie. J’ai toujours repoussé cette échéance du premier baiser, des premiers rapports sexuels et même du premier petit ami pendant tous mon parcours scolaire, et je me suis fait affublée de tous les noms : la nonne, blanche neige, Cendrillon et d’autres encore plus dégradants.

 

La rencontre extra conjugale, mon père ma source d’inspiration

rencontre extra-conjugale

Mon univers bascula le jour où rentrer sans prévenir des cours , je passais faire la surprise à l’étude de mon père , en diagonale de la paroisse , un silence m’accueillit alors que je poussais la porte du cabinet qui était souvent bondé, puis je me rappelais qu’il y avait l’enterrement de la vieille madame FERRAND, je devais tourner les talons quand je me rappelais que mon père , était tellement minutieux ,qu’ il ne pouvait laisser la porte de son étude ouverte, donc le bonhomme était là.

Je dépassais son secrétariat , pour entrer dans son bureau , la porte était entrouverte et j’imaginais mon père , ce bon vieux notaire, encore plongé dans la lecture de ses livres, mais je fus interpellé par des chuchotements légers, pas très audible, je m’avançais silencieusement jusqu’au bureau de mon père et je vis avec stupeur par l’entrebâillement de la porte , mon vénérable père, le notaire de la petite bourgade de Saint-Nazaire le visage hagard, exprimant une jouissance débordante, râlant de longs soupirs d’aises, le pantalon et caleçon descendu aux chevilles, la chemise grandement ouverte sur son abdomen, en train de se faire manualiser le sexe par sa jeune secrétaire, une rouquine au visage avenant et aux formes généreuses, jugeant qu’il était arrivé à la bonne rigidité , elle se retourna en remontant sa robe , s’appuya sur le bureau et se cambra pour offrir à mon père une croupe rebondie, sa position indiquait , qu’elle était prête à recevoir la hampe de mon père, qui après un regard d’admiration devant ce postérieur, s’enfonça dans le sexe de la secrétaire jusqu’à la garde, les deux amants crièrent de plaisirs comme des animaux, je ne plus supporter cette vision et m’enfuis à pas feutré. Je rentrais à la maison groggy de cette scène d’animal en rut, j’embrassais tout le monde comme un zombie et allais me terrer dans ma chambre, me posant mille et une questions sur cette scène : depuis quand cette rencontre extra conjugale avait-elle commencée ?

Qui était au courant ? Maman était-elle au courant ?faisait-elle semblant de ne rien voir ? Le soir, mon père rentra comme si de rien était, et à l’heure du diner, tous à table, il nous faisait la morale sur le déclin des valeurs de nos jours et la dépravation des mœurs de notre génération, et ma mère qui lui faisait des sourires mielleux alors qu’il la trompait , ce scénario me coupa l’appétit et je demandais la permission comme de coutume de me retirer et repartir dans ma chambre, prétextant un malaise. Dès ce jour, mon regard fut différent sur les hommes et je me disais que je devais venger ma mère en utilisant les hommes pour mon propre plaisir.

 

La rencontre extra conjugale a détruit mes parents

 

L’image de mon père en train de prendre du plaisir avec une autre femme me hantait, et je me mis en tête de découvrir ses autres secrets, je fouillais dans les affaires de mon père , au moment de certaines de ses sorties professionnelles chez des clients et retrouvais au fond de ses cartons d’archives des bandes dessinées adultes, des revues pornographiques aux titres évocateurs : Union, rencontre femme mariée, rencontre femme infidèle mais aussi des lettres enflammées de sa secrétaire, qui lui déclarait son amour en des termes crues, vraiment l’apparence est trompeuse, moi qui lui croyait un naturel calme et réservée chaque fois que l’on entrait dans le secrétariat de notre père, elle promettait une vie fantastique et heureuse s’il rompait avec ma mère. Je dévorais toutes les lettres, entrant dans cette intimité qui était la chasse gardée de mon père, j’imaginais leurs deux corps tendrement enlacés en train de se donner mutuellement du plaisir, cela me fis un creux à l’épigastre et me donna une chaleur dans tous le corps.

Je regardais les dates d’émission de ses lettres et compris que cette rencontre extra conjugale avait commencé depuis fort longtemps, c’est-à-dire trois mois après son engagement dans l’étude de notre père et que celui-ci dès le début n’avait pas été insensible à son charme et sa candeur juvénile. Je décidais de tout avouer à ma mère, puis je me ravisais ne voulant pas être la cause de l’éclatement de notre si heureuse famille et surtout l’idée que l’on soit séparé, nous les enfants, m’horripilait au plus haut point. Je me tus, laissant ses adultes jouer leurs rôles de parents modèles. Je rentrais à la maison toute heureuse de mes découvertes, et me dirigeait vers ma chambre, lorsque je fus interpellé par des chuchotements, presque inaudibles, dans la chambre de mes frères, je les trouvais tous en réunis en plein conseil de guerre, ils ne m’avaient pas entendu entrer, je me tenais derrière la porte et écoutait leur conciliabule, notre plus jeune frère avait découvert des courriers adressés à ma mère par un de ses collègue instituteur, qui lui déclarait sa flamme.

Ayant pris possession de la preuve, ils débattaient sur le fait de dénoncer la traitresse à notre père ou de la faire chanter , pour qu’elle nous renvoie en vacances à la montagne , chez tante Clotilde, une de ses riches parente, qui avait un chalet dans les alpes, elle n’avait plus jamais voulu qu’on y reparte d’ailleurs, prétextant qu’elle était trop mondaine à son gout, alors que nous y passâmes de merveilleuses vacances . Ils passèrent au vote et décidèrent de donner les lettres à notre père, fraternité masculine oblige. Je rentrais dans leur chambre en criant « bandes d’idiots », stupéfaits, ils restèrent tous interloqués par mon entrée, et notre ainé se reprit « qu’est-ce que tu fais ici cria-t-il ?sors m’ordonna-t-il » et je criais à la négative leur faisant comprendre que papa aussi avait une aventure avec sa secrétaire, le doute s’installa en eux, et je plantais le clou en leur expliquant toute l’histoire depuis l’engagement de cette secrétaire , le dévolue qu’elle avait jeté sur notre père et ses ambitions d’évincer notre mère. Tous étaient consternés et ne savait que dire, nous fîmes le pacte de ne rien révéler à personne jusqu’à la mort de nos parents. Nous laissâmes ceux-ci, joués à leur guises leurs comédies, jusqu’à la mort de notre père qui mourut d’un accident cardio-vasculaire, causé par la découverte d’une liaison sulfureuse entre sa belle secrétaire et son nouvel assistant, jeunesse oblige. À ce moment, je compris la nocivité de la rencontre extra conjugale.

 

Expérience personnelles de la rencontre extra conjugale

rencontre extraconjugale

Quelques années plus tard, journaliste pour un magazine, je rencontrais le grand amour en la personne, d’un ancien collègue de classe devenu architecte, avec lequel nous nous étions croisés durant certains séminaires sur la préservation de l’environnement. Bel homme, très soigné de sa personne, il me fit une cour très appuyée et je succombais rapidement à son charme, Nous nous mariâmes rapidement et bientôt naquirent Joshua et Jonathan, nos deux jumeaux, puis la routine sexuelle s’installa dans notre couple. Nos ébats n’étaient plus pimentés par la frénésie sexuelle, je ne ressentais plus autant de plaisir qu’au début de notre union, nos fantasmes nous ne satisfaisais plus, nous nous retrouvions comme des voyageurs de la sexualité qui avaient fait le tour de leur imagination sexuelle, nous faisions l’amour juste par conformisme ou par devoir conjugale. Au début, je ne remarquais rien, puis quelques détails me revinrent à l’esprit avec l’expérience de mes défunts parents, je remarquais la distance que prenais légèrement mon conjoint avec moi, moins de baisers passionnés, moins de mots doux, de cadeaux surprises. Je compris alors que mon amoureux me trompait et pour découvrir qui était la traitresse, je repris les techniques d’investigation qui m’avaient fait découvrir les infidélités de mon père. À force de recherche, je compris que mon Jules n’était pas avec une seule mais plusieurs partenaires, il était devenu le client invétéré de certaines filles qui évoluait dans les univers des sexcams, des Escort girls adeptes de tous les plaisirs. Pour retrouver son plaisir, mon conjoint se lançait dans l’exploration du monde des plaisirs sur internet. Dans ses affaires, bien cachés parmi ses plans de maison, je retrouvais des DVD adultes avec une certaines préférences pour les femmes à forte poitrine, des dépliants et des prospectus de clubs échangiste, clubs de massage thaï, avec des adresses et des site de rencontre adultere , site de rencontre extra conjugale, site de rencontre infidèle, site adultere ,je n’en ai cherchais pas plus, et méditait sur la question.

Avec mes collègues journalistes, par hasard, nous tombâmes sur le sujet rencontre extra conjugale, et je me fis l’honneur de couvrir ce thème, tout en sachant que j’en profiterais pour régler mes comptes avec mon mari. Je prenais connaissance de tous les clubs de plaisirs de la ville, grâce aux revues pornographiques locales que j’achetais, je notais leurs adresses et numéros de téléphones ainsi que nombreux sites : rencontre infidèle, rencontre extra conjugale, rencontre femme mariée, rencontre adultère, site de rencontre adultère, rencontre adultère gratuit, rencontre femme adultère,

Suite… Je me documentais aussi sur les différents auteurs qui avaient traité sur le sujet de la rencontre extra conjugale, de l’infidélité, et prenais en compte leur point de vue, à propos des motivations qui poussaient à tromper son conjoint ou sa conjointe , en premier l’insatisfaction sexuelle, puis le goût du sexe, la découverte d’une autre forme de sexualité, avec tous ses dérivés :masochisme, fétichisme, lesbianisme, triolisme, naturisme, échangisme, voyeurisme. Le sujet de la rencontre extra conjugale était vaste, du point de vue des rapports humains, plus précisément des problèmes de couple. Les commentaires étaient nombreux pour ce thème et je me donnais le temps de prendre la question dans tous ses paramètres pour mieux cerner le problème , et trouver ainsi ce qui poussait une femme épanouie dans son foyer , à tromper son mari avec un ou une autre partenaire et vice versa. Les premières conclusions vinrent rapidement, la rencontre extra conjugale se présentait comme l’expression du modèle occidental de la recherche de l’amour et de la passion. En effet, plusieurs sondages indiquaient qu’avec l’évolution des mœurs, les femmes se sentaient parfois coincée dans le confort de leur foyer et avait besoin parfois d’une « aventure », cette infidélité consommé, la femme satisfaite reprenait le cours normal de sa vie, cela ressemblait comme une forme de décompression du train-train quotidien.

Cependant, à force de recherche, je compris que toutes les histoires d’adultères ne se terminaient pas toujours avec le retour de la tendre épouse au foyer, car l’infidélité découverte entrainait des drames parfois macabres ou bien une addiction jusqu’à éclatement du couple ou compromission des deux partenaires. Pour mieux m’imprégner de ce monde sombre où le plaisir était roi, je consultais pour obtenir un pass pour l’un de ses clubs discret, les annonces et les sites rencontre adultère, rencontre femme adultère, rencontre infidèle, rencontre extra conjugale, rencontre femme mariée, rencontre adultère, site de rencontre adultère, rencontre adultère gratuit.

 

La rencontre extra conjugale, l’expérience des autres m’intéresse

 

Je fus conviée à une soirée échangiste, dans la banlieue, et prétextant une soirée d’affaire pour le compte du magazine, je me mettais sur mon trente et un, en poussant un peu sur la tenue courte, ce que ne manqua pas de me faire remarquer mon conjoint. Vers 19h, Je garais ma voiture devant le restaurant où j’avais pris une réservation pour renforcer mon alibi, puis je pris un taxi et me rendis au club échangiste, je me retrouvais dans un univers branché, avec une moyenne d’âge entre 25 et 50 ans, tous sexe confondus, des hôtesses légèrement vêtues étaient à l’accueil et m’orientèrent vers une table . Sur la scène, le strip-tease d’une blonde à la superbe poitrine faisait monter la température, quelques minutes plus tard, un couple assez avenant, d’une quarantaine d’années, s’invita à ma table, je ne déclinais pas leur demande et la femme me demanda si j’étais seule, je lui répondis du tac au tac, par l’affirmative et lui avouait que j’étais une journaliste pour le compte d’un magazine, en plein enquête sur le milieu des clubs libertins.

Elle me regarda fixement pus pouffa de rire, avant d’avoir un conciliabule avec son partenaire, elle me dit que je lui étais sympathique et qu’elle ne devait pas appeler la sécurité, car les organes de presses n’étaient pas en odeur de sainteté dans ses milieux. Elle me proposa un marché, si elle me montrait tous les secrets du monde des clubs libertins, alors j’accepterais de satisfaire les désirs de son partenaire devant elle, je compris qu’ils avaient des tendances de voyeuristes. Je jetais un coup d’œil rapide au conjoint de l’inconnu, un sportif bronzé à souhait au regard troublant, je leur répondis que je n’étais pas venu pour cela mais pour l’article, alors elle me dit que je ne devais pas être aussi pressé de répondre, et que les relations dans ce lieu étaient consenties mutuellement, cette option me rassura. J’acceptais me disant que je déclinerais l’offre au moment opportun, le couple se leva et s’engouffra dans un couloir, je les suivis le cœur battant à la chamade , puis nous entrèrent dans une pièce et nous nous retrouvâmes devant un large rideau, derrière lequel quelques clients du club , les VIP, un verre à la main était les spectateurs d’un accouplement sulfureux , entre deux femmes pendant que celui qui semblait être le partenaire de l’une des femmes, se branlait sans retenue, cette scène fit monter mon adrénaline et une excitation monta en moi, et je sentis le regard du jeune homme pesé sur moi, je fis mine de ne rien remarquer , je demandais à la dame qui étaient ses gens ? Elle me répondit, que c’était des individus qui assumaient complètement leurs envies d’un ou d’une autre partenaire, ou d’une autre forme de sexualité au lieu de brûler de désir.

Tout le long de la scène, elle me fit son témoignage, que sa libido avait pris un coup à l’entrée de sa quarantaine, et pour y pallier, elle avait commencé par consommé des revues et magazines pornographiques puis ensuite, cela ne suffisant plus, elle avait essayé plusieurs formes de déviances sexuelles, jusqu’à trouver une jouissance extrême dans le voyeurisme, le jour où il découvrit son partenaire en plein ébat avec la baby-sitter. Toute honte bue, elles les avaient rejoints pour un triolisme, comprenant ainsi comment se procurer à nouveau du plaisir avec son partenaire. Cela fit décupler leur désirs sexuels et ils se mirent d’un commun accord en quête de certaines « aventures à trois », dans des clubs libertins, des maisons closes et des sites naturistes, en consultant les annonces sur internet : rencontre extra conjugale, rencontres adultères, recherche femme mariée, rencontre femme infidèle, etc…

Elle me fit comprendre que nombreux sont les couples qui arrivent à une phase de baisse de régime au niveau sexuel, et qu’il faut trouver des solutions pour éviter le drame du divorce, ainsi, la communication est la première arme contre la monotonie sexuelle. Devant, cette affirmation, je compris qu’elle marquait un point, de son coté , son partenaire s’était encore plus rapproché de moi, je sentais son souffle dans mon coup et sa verge qui faisait de légers va et vient , instinctivement , j’envoyais ma main à l’arrière et je tombais sur une verge durcie par l’excitation que provoquait cette nouvelle expérience, je voulus retirer ma main , mais le partenaire de la dame la retint et commença à se masturber avec ma main, puis je sentis une troisième main, celle de la dame , qui accompagnait le mouvement de bas en haut, elle me lança un regard complice, et je fus saisis, l’alcool aidant, d’un irrésistible besoin de cette verge en moi, le couple commença à me caresser légèrement , tout en douceur, les pointes de mes seins se levèrent appelant encore plus de caresses , les doigts du couple parcouraient tout mon corps comme des ondes électriques, faisant éclater la barrière mon inhibition .

Au milieu de la pièce, d’autres participants arrivèrent sur scène, deux hommes et une femme, qui commencèrent par se caresser mutuellement, puis la jeune femme administra une fellation aux deux hommes avant de laisser baiser dans toutes les positions, sous le regard admiratif des spectateurs. Cette scène excita mon appétit sexuel , le couple à la quarantaine le compris et Je fus emporté dans une pièce où régnait la pénombre, le couple m’installa sur un lit dans une spirale de caresses, de soupirs d’aises, puis la dame après m’avoir déshabillé, me laissa aux mains expertes de son partenaire qui me fis l’amour et me fit jouir plus d’une fois, j’étais étonné du plaisir qui m’a submergé comme une vague. Nos ébats durèrent un moment, le partenaire de la dame passant d’une partenaire à une autre, puis nous nous rhabillâmes et échangèrent nos coordonnées « au cas où ». Je sortis du club vers 21h et rentrais groggy de cette merveilleuse expérience, prête à apporter la dernière touche à mon article et ayant trouvé un début de solution pour sauver mon couple : la communication avec mon partenaire.